Domaine du Haras de Sarralbe en 2008

Bienvenue sur les pages d’histoire dédiées au Haras de Sarralbe

Bienvenue sur les pages d’histoire dédiées au Haras de Sarralbe

………………………………….

« La Lorraine regorge de trésors que nous ne connaissons pas forcément. D’ailleurs, surtout moi ! » Tel a été mon constat après plus de vingt-cinq années passées à travailler sur un site fort de plus de 300 ans d’existence. Voilà pourquoi, en tant que chargée de communication basée au Haras, j’ai décidé de chercher, de lire, de reconstituer et de transmettre plusieurs pages de l’histoire de ce site, que j’aime aujourd’hui pour la résonance de ses lieux.

J’espère que vous apprécierez vous aussi de parcourir cette série « made in Sarralbe » qui se déroule en onze épisodes, abondants de personnages singuliers, qui, de plus, ont tous existé.

Bonne lecture à vous.

Katia Schlich, novembre 2019.

Message important :
la société SIH et le domaine du Haras de Sarralbe
sont des terrains privés qu’il n’est pas possible de visiter sans autorisation.

………………………………….

Sources et organisation du blog

Les rédactionnels que vous trouverez ici sont des synthèses de documents compilés via différents canaux, qu’il est possible d’identifier par les notes de fins de pages présentes sur chaque article. Ces créations web sont aussi issues de différentes contributions, dont vous pouvez retrouver les auteurs via la rubrique > À propos.

Pour voir et lire tout ou partie du blog, vous avez un accès depuis la homepage, mais vous pouvez pouvez aussi vous rendre sur le > Sommaire.

Si vous n’êtes pas vraiment curieux(se), ou tout simplement si vous n’avez pas le temps, voici une petite synthèse…

………………………………….

Version (très) courte du blog

………………………………….

« Le Haras de Sarralbe est né au Siècle des Lumières »

Construit de 1702 à 1722 sous la direction de Léopold Ier, duc de Lorraine et de Bar, le Haras de Sarralbe est destiné à l’élevage des chevaux de la garde royale de Louis XIV. François III de Lorraine le cède en 1737 à Stanislas Leszczynski, qui doit le rendre à la couronne de France après sa mort. Peu avant son décès qui survient en 1766, il le lègue au Lieutenant des armées royales, Marc-René de Voyer de Paulmy d’Argenson, marquis de Voyer. Cette donation, faite le 24 décembre 1764, sera confirmée par Louis XV, le 26 janvier 1765.

Devenu bien national à la Révolution, le Haras est racheté par Marc-René de Voyer d’Argenson, sous le nom plus simple de René Voyer. Il le revend le 13 floréal de l’an XII, soit en mai des années 1803-1804, principalement à Jacques Seiler et Louis Lorin. Leurs descendants font encore partie des actionnaires jusqu’au XXème siècle.

………………………………….

Les Salines du Haras

Haras ducal de 1700 à 1736, exploitation agricole ensuite, le domaine devient une saline en 1843. Jusqu’à l’arrêt définitif de sa production en 1967, cette saline fabrique du sel de consommation, agricole et industriel, sous la direction de la famille Loth, qui gardera la direction du site jusqu’en 2015. Avec des tonnages qui ont évolué de 2 000 tonnes par an à ses débuts, à 22 000 tonnes par an dans les années soixante.

Dans l’après-guerre, la création de la Communauté économique européenne et les dimensions des nouveaux marchés qu’elle ouvre, nécessite une restructuration de l’industrie salinière. C’est l’heure de la reconversion pour les Salines du Haras, qui devient la Société Industrielle du Haras dès 1960.

………………………………….

La Société Industrielle du Haras

En 1961, la route du Haras s’engage dans une nouvelle direction, lorsque la jeune équipe de la Société Industrielle du Haras rencontre des partenaires suisses ayant mis au point un système de fabrication de pièces translucides en polyester armé de fibre de verre, destinées à l’éclairage zénithal des bâtiments. Un accord de licence est conclu.

Dès 1962, dans les écuries du Haras, un premier atelier de fabrication est actif. De façon toute à fait artisanale, la Société Industrielle du Haras y produit ses toutes premières coupoles « Ultralight ».

En 2015, la Société Industrielle du Haras, devenue plus simplement SIH, est rachetée par l’un des leaders mondiaux de l’étanchéité, de la couverture et de l’isolation des bâtiments.

(Image principale > photo du domaine du Haras de Sarralbe
en 2008,
par Katia Schlich)

4 réflexions sur “Bienvenue sur les pages d’histoire dédiées au Haras de Sarralbe

  1. Je vois que le travail avance bien et qu’il est fort bien documenté. La lecture est très agréable peut être aurons nous une prochaine occasion pour en rediscuter de vive voix.

    Bien à toi

    Armand Hennard

    J'aime

  2. Bonsoir,

    Je vous remercie pour cette étude sur le haras de Sarralbe.

    Nicole de Blomac évoque ce haras dans son livre :  » Voyer d’Argenson et le cheval des Lumières »

    Merci pour ces précisions.

    Je vais prendre le temps de lire attentivement votre prose sur ce sujet et ne manquerai pas à vous interroger le cas échéant.

    Cordialement

    J'aime

    1. Bonjour, oui tout à fait. L’ouvrage de Nicole de Blomac, qui a d’ailleurs été récemment informée par mes soins, a servi à élaborer cette synthèse historique. N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions, voire précisions bien sûr. Bien cordialement, Katia Schlich

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s