AUTOUR DU HARAS DE SARRALBE

Autour du Haras de Sarralbe

—————————-

Autour de la famille Voyer d’Argenson : les travaux de Sophie Delhaume

En lien avec une des rubriques de ce blog, voici une passionnante proposition de lecture de la part de l’auteure, voire de rencontres croisées et féminines. Il s’agit des communications mises en œuvre par Sophie Delhaume, docteur ès Lettre et journaliste de presse spécialisée. Elle a travaillé et mis en lumière la correspondance inédite de la marquise de Voyer d’Argenson avec son époux, le marquis de Voyer.

Voici le prolongement de ses recherches, ainsi que la possibilité de vous procurer l’édition papier via les éditions Honoré Champion « Les Voyer d’Argenson // Correspondance conjugale 1760 – 1782 // Une intimité aristocratique à la veille de la Révolution ».

(Archive personnelle Sophie Delhaume)

> Se rendre sur le blog dédié à Madame de Voyer d’Argenson

> Se rendre sur la page Twitter de Madame de Voyer

> Se rendre sur Wikipédia

—————————-

Une histoire de peupliers

En 2016, sur le domaine, quelques peupliers ont été coupés. Cette action pouvait être un trésor pour un sculpteur habitant à proximité… Les troncs lui furent donc remis. Cette providence végétale a fourni depuis le medium pour plus de 30 sculptures.

Emmanuel Bour, sculpteur habitant à Schweix, est un artiste engagé dans l’art de figures hybrides. Il a su redonner une forme de vie à ces arbres ancestraux.

« D’un réalisme appuyé, ses figures ont la force d’un métissage réussi entre l’art statuaire occidental, l’inspiration rituelle tribale et l’esthétique futuriste ». (Cf. la page Facebook d’Emmanuel Bour que vous pouvez rejoindre ici).

Les peupliers du Haras font en quelque sorte aujourd’hui le tour de deux pays. Les sculptures sont exposées dans plusieurs galeries de façon permanente à Paris, Bordeaux, Nantes, Megève et Brugg, en Suisse.

Que ces autres visages du Haras, transcendés et magnifiques, continuent de voyager, encore longtemps…

Voici quelques œuvres :

« Un jeune homme »

« Facing the darkness » & sculpture sans nom

« Il fait froid dans le monde (la vie en rose) » & « La fiancée »

« Nagel Kopf »

« Le gardien des eaux claires » & « Les mains rouges »

« Souris-moi »

Lien connexe

Vous pouvez retrouver un bel hommage au travail d’Emmanuel Bour sur le site de la Galerie Harmattan à Megève (FR-74), qui fait d’ailleurs joliment référence aux peupliers du Haras de Sarralbe et à l’histoire du site.

« … Si les peupliers ont vu les frontières se déplacer au cours de leur existence, l’Histoire bien plus profonde de cette région trouve ses racines dans le Royaume de Clovis 1er… »

La statuaire prend alors encore une nouvelle dimension, remplie de grâce, de souvenirs et d’ondes végétales.

Consultez l’article ici.